coiffe_berry

La coiffe carrée

Un peu d’histoire ….La berrichonne revêt ses plus beaux atours les jours de fête ou d’assemblée du village. Pour l’occasion, elle se pare d’une coiffe plissée, brodée ou tuyautée, et porte un châle de soie ou d’indienne.
Cette coiffe de fête est un luxe. Elle représente un symbole ainsi qu’une marque d’identité. La coiffe, rangée à l’abri de la lumière dans le livre de coiffes à feuillets bleus, ne sera jamais posée directement sur les cheveux. Elle est protégée par une Cayenne (sorte de sous-coiffe) qui la soutient et lui assure une bonne armature, la préservant de la salissure.Pour la Berrichonne, la coiffe de fête demeure l’ornement par excellence. Notre paysanne ou citadine ne laisse dépasser aucun cheveu. N’oublions pas qu’au XIXe siècle, se présenter décoiffé présageait indécence, vulgarité, voire impudicité.
Lors des grandes occasions, la coiffe fait autorité en matière de coquetterie féminine.
Celle du XIXe siècle présente un fond brodé, celui des grandes coiffes à pans plissés à l’ongle a de fins motifs floraux.
La coiffe n’en demeure pas moins un signe ostentatoire de l’aisance de l’époux qui se manifeste par la richesse des rubans de la floque (en satin) qui couvre la nuque ainsi que la matière des épingles (or ou vermeil) qui maintiennent la coiffe.La pose de la coiffe peut prendre plus d’une demi-heure, pour la fixer dans les règles de l’art. Elle est rivée par deux épingles qui viennent se mettre sur la partie bleue juste au-dessus des yeux (coiffe berrichonne).
pour voir le diaporama cliquer ici ou sur la photo

les gas du berry

La coiffe carrée de La Châtre est composée de 2 parties :le fond de coiffe, appelé la Cayennela coiffe brodée

Confection de la Cayenne (Fond de coiffe)

Découper deux fonds de tissu piqué blanc de 26 cm de hauteur (+ 3cm à retourner) et de 26 cm de large.A l’intérieur, sur l’une des faces, on étale du coton de façon régulière afin de donner de la consistance au fond de la Cayenne. Puis la seconde face est disposée sur la première, le tout fixé par des fils sur le travers. On passe un fil de bâti, puis deux autres (toujours en prenant la moitié du tissu, tissu qui est plié en deux de manière à bien équilibrer la coiffe). Les points sont faits sur le fond de la coiffe, puis sur le fond de la Cayenne, très rapprochés les uns des autres de manière à donner une consistance au fond et pour que le carré de la coiffe se maintienne bien.Ensuite les points se font le long de la forme de la Cayenne. Celle-ci sera piquée dans un sens et retournée pour l’être dans l’autre sens.Le fond terminé est piqué dans les deux sens, un ourlet est fait et les deux côtés du tissu sont rentrés à l’intérieur.Un point de surjet est réalisé tout autour de manière à bien rassembler les deux morceaux du fond de la Cayenne.L’ourlet achevé, on prend le milieu du fond, soit 4,5 centimètres de chaque côté du rebord du devant de la Cayenne. Sept petits plis sont réalisés pour donner la forme carrée à la coiffe, puis sept autres petits plis et, à 1 centimètre de l’ourlet du bas, cinq petits plis.Pour la réalisation de la passe, on met du coton à l’intérieur, ensuite on la bâtit et la pique.Puis un biais est posé tout le long, sur la partie revenant sur le front, et un ourlet est réalisé sur l’autre face. Ce travail achevé, il reste à mettre la passe sur le fond de la Cayenne.Des tirants ont été fixés préalablement sur la Cayenne terminée pour qu’elle puisse s’ajuster à chaque tête.

Confection de la coiffe brodée

Un fond bleu est découpé dans du satin. Ce fond se réalise de la même façon que le fond de la Cayenne (même grandeur, sept petits plis devant de chaque côté, sept petits plis en bas). Ce fond bleu terminé se pose sur la Cayenne. Un galon est fixé, épousant la forme de celle-ci.
Il ne reste plus qu’à poser la coiffe elle-même. En dentelle brodée, elle s’attache à l’aide de galons. Vient ensuite le tour du nœud qui sert à agrémenter la coiffe et à cacher tous les galons qui se situent à l’arrière. Une fois le nœud fait, il ne reste plus qu’à ramener les deux pans de la passe.Pour la conception de la coiffe brodée, on prend un morceau de mousseline de 10 centimètre de large que l’on plie en deux, puis deux morceaux de tulle bleu de 9 centimètres de long et de 3,5 centimètres de large que l’on ajoute à la mousseline. Deux bandes de tulle blanc de 22 centimètres de long s’ajoutent à la première mousseline, ensuite on coupe 1,14 mètre de dentelle large de 5 centimètres et une autre large de 1 centimètre. Les deux dentelles cousues ensemble se fixent à la mousseline et au tulle bleu. S’ajoute à cela la partie du tuyautage qui se place au-dessus et forme l’arrondi de la coiffe.
Ensuite, la coiffe brodée vient se fixer à la coiffe.

Broder un fond de coiffe peut demander plusieurs mois en fonction du motif.

Le tuyautage

Le tuyautage s’effectuait à l’origine avec de la paille de molinie bleue, une plante sauvage dont la tige est longue et sans nœud. Aujourd’hui on utilise de petites tiges de métal inoxydable.
Le travail est réalisé avec une planche matelassée recouverte de tissu molletonné, sur laquelle sont placées les bandes de dentelles.
La dentelle se place en dessous puis elle est attachée à une extrémité et l’on entreprend de faire glisser les pailles l’une à côté de l’autre.
Patiemment il s’agit de faire passer les pailles tantôt sur la dentelle tantôt dessous, en les intercalant au fur et à mesure et en les épinglant pour maintenir l’ensemble.Puis le tout est amidonné afin de conserver la forme de plissage.

Une vidéo pour montrer comment mettre une coiffe :

0 536